Débutez vos premiers pas de danse ou venez vous perfectionner avec des enseignants de marque Internationaux et Locaux !!


Les niveaux


Lexique

Spins Ou techniques de tours pour enfin maîtriser les doubles ou multiples tours sur place. Travail d’assise dans le sol, maintien du centre de gravité dans l’axe, regard et spot. Les spins sont utiles à toutes les disciplines de la danse.
Shines Travail de style à travers les jeux de jambes pour une danse plus variée et plus fantaisiste. Permet d’améliorer le sens de l’improvisation. Les Shines ou jeux de jambes de salsa, font partie intégrante et indissociable du mambo ou de la salsa portoricaine.
Styling Rendez esthétique et naturel ce que vous apprenez, personnalisez votre danse. Chassez la caricature !
Lifts, Tricks and Dips Techniques et astuces pour des portées et renversés.


Les styles proposés

Nous vous proposons ici les différents styles dansés par nos artistes. Des liens à cliquer pour prendre connaissance de l'étendue de leurs talents.


La Salsa Cubaine est une danse très dynamique. C’est ce style de salsa qui permet de danser la « Rueda », en groupe de danseurs souvent disposés en cercle. Elle a été chorégraphiée dans les clubs et les écoles de danse de Cuba. Le style cubain (ou casino) est le plus couramment pratiqué en France, du fait de la forte diaspora cubaine y résidant et transmettant sa culture.
Les écoles de danses enseignent essentiellement ce style, peut-être plus facile à aborder pour la sensation physique des européens.


La Salsaton : La fusion salsa-ragga s'est opérée dans les années 1990 et a apporté un souffle nouveau à la salsa. Dans la continuité, le salsaton, fusion de la salsa et du reggaeton (dérivé du ragga, avec des influences de musique latine et de rap), voit le jour au milieu des années 2000 et prend de plus en plus d'ampleur.


La Salsa Portoricaine est une danse beaucoup plus douce et sensuelle. Les déplacements des danseurs se font en ligne. Esthétiquement, elle se rapproche plus des danses de salons. Elle dérive du mambo et a été inventée par la communauté latino-américaine des Etats-Unis. Le style regroupe plusieurs sous-classes principales :


- Le style L.A. se danse "sur le 1".

- Le style New York : il s'agit du style où la danseuse tourne le plus sur elle même. On peut le qualifier de plus démonstratif : il inclut en particulier de nombreux jeux de jambes (shines, de l'anglais shoe shine signifiant "cirage de chaussure", comme par exemple le Suzie Q). À l'inverse du précédent, ce style de salsa se danse « sur le temps faible (2e temps) », ce qui signifie que le changement de direction (le break) s'effectue sur le 2e temps.

- le mambo ou Palladium, précurseur des deux précédents, aujourd'hui restreint à la compétition, qui se danse « sur le 2 », comme les pas du son cubain dont il est directement issu.


La Zumba est un programme de fitness (conditionnement physique) colombien créé par Beto Perez, s'appuyant sur des rythmes et des chorégraphies inspirées des danses latines (salsa, merengue, cumbia…). Beto Perez, professeur de fitness colombien et également chorégraphe de nombreux artistes dont la chanteuse Shakira, invente la zumba en improvisant dans un de ses cours des mouvements d'aérobics sur des musiques latines. Devant le succès de cette formule, 2 entrepreneurs, Alberto Perlman et Alberto Alghion, rejoignent Beto Perez en 1999 et créent la marque Zumba®. Depuis l'engouement pour ce sport s'est répandu dans plus de 75 pays. Les chorégraphies de zumba sont basées sur des musiques salsa, merengue, cumbia, reggaeton, calypso, soca, samba, cha-cha-cha, hip-hop, africaines, indiennes…


La Rumba est l’interprète de l’amour entre l‘homme et la femme… les phases dynamiques intercalées parmi la succession de longs mouvements langoureux des danseurs confèrent à cette danse une sensualité particulière qui ne laisse pas indifférent.


L’Afro-Rumba est tout à fait différent de la Rumba ci-dessus ou du style de musique pop africaine appelé aussi Rumba. L’afro-cubaine Rumba a été développé dans les régions rurales de Cuba, et est toujours dansé à La Havane, à Matanzas et dans d'autres villes cubaines. Il est également dansé dans les zones rurales, en particulier celles avec une communauté africaine importante ou prédominante. L’Afro-Rumba est fortement mélangé avec des influences de jazz et de hip hop.


Le Cha Cha (abrégé de cha cha cha) est née de la fusion de rythmes de rumba et de mambo et comporte une vingtaine de figures et de multiples variations. Après quelques figures de base assimilées, les débutants obtiendront à coup sûr l’admiration de leur entourage. Le cha cha cha caribéen, d'un style très emmené et très 'joueur', fort apprécié des fins connaisseurs dans la Caraïbe. Le complément idéal de la salsa pour poser le pied sur les bons temps et contretemps !


La Bachata est un rythme de danse populaire originaire de la République dominicaine. Sa base assez facile, il faut juste rajouter une touche sensuelle sur les mouvements des hanches. C'est un style de danse intense et proche comprenant de nombreuses variations de tours. Bachata est défini comme le plaisir, la gaieté, un bon moment, ou une fête, mais dans la République dominicaine, en plus de la qualité émotionnelle de plaisir suggéré par la définition du dictionnaire, il fait spécifiquement référence à des rencontres qui comprenait de la musique, de la nourriture et de la boisson. La Bachata est une danse très à la mode à la Réunion, à découvrir absolument.


Le Tango est une danse pour l’expression de l’amour… Danse populaire d’Amérique du Sud, lente et de rythme binaire, qui fut introduite en Europe vers 1910. Le tango aurait pour origine une danse africaine implantée au XVème siècle en Espagne du Sud. Le tango argentin connut une faveur plus grande que le tango cubain ou que celui d’Espagne. Il est reconnu patrimoine historique de l’UNESCO en 2009.


La Bachata tango est une danse née en 2006 en Italie (Turin). Des danseurs confirmés de bachata ont voulu faire évoluer leur technique en l'enrichissant de figures de tango. La fusion de ces deux disciplines a engendré une nouvelle danse qui commence à avoir beaucoup de succès en Italie et en Europe. Elle commence à être enseignée dans les cours de danse latine mais la technique du bachata tango est encore en pleine évolution car chaque professeur apporte sa touche personnelle. Le mélange de ces deux styles donne lieu à une nouvelle danse à la fois sexy et forte d'une énergie positive qui a dorénavant sa propre identité.


Le kuduro (chorégraphie alternative de cu duro, littéralement « cul dur » en portugais) est un genre de musique originaire d'Angola. D'un point de vue musical, c'est un mélange de house, de semba (ancêtre de samba), de kizomba et de grime dont le rythme a été accéléré. La danse, inventée par Tony Amado, en Angola en 1996, est un peu connue en France mais elle est très populaire au Portugal, Angola, Brésil, Cap-Vert. Le Kuduro se pratique de plus en plus à la Réunion.


La samba est une danse très complète car chaque partie du corps est utilisée. Les jambes bougent d'avant en arrière ou inversement d'une manière bien particulière tandis que les bras balaient l'air au niveau du bassin. Il existe une multitude et extraordinaire variation de pas. Elle se pratique en solo ou bien en danse de salon (danse pratiquée en couple avec figures chorégraphiques formalisées telles que le botafogo). Toutefois, certaines formes de samba sont issues de danses collectives dont les pas proviennent d'une pratique utilitaire : la samba de coco, par exemple, résulte des pas, des rythmes et des chants qui accompagnent le battage de la terre avec les pieds pour la construction de maisons en terre battue.


La Kizomba est une danse angolaise, pratiquée sur la musique Kizomba. Elle se caractérise par sa langueur et sa sensualité. Le tronc demeure fixe et néanmoins souple, tandis que le bas du corps est beaucoup plus énergique. En règle générale, l'espace dans lequel se meut le couple est réduit à son strict minimum et les mouvements, bien qu'élaborés, sont économisés. Descendant du Semba et du Tango Congolais, la kizomba est appelée le "tango africain". En revanche, le style Semba, correspondant à la musique Semba, autorise et se caractérise par des déplacements plus rapides et plus énergiques, le tout dans un style festif.
Au Portugal, le mot « kizomba » est utilisé pour n'importe quel type de musique dérivée du zouk, même si elle n'est pas d'origine angolaise. La kizomba, en tant que musique et danse, a commencé à pénétrer l'Europe (en commençant par le Portugal) ces dernières années. Toutefois, le style de danse pratiqué est quelquefois très éloigné du style angolais, notamment en Semba. Ce phénomène s'explique par le fait qu'une partie significative des pratiquants européens a des antécédents de Salsa ou d'autres danses latines aux sonorités et à la gestuelle différentes.


Le raggaeton est une forme urbaine de musique qui a ses racines dans la musique latine et caribéenne. Le son provient du Reggae et du dance hall. Le genre a été inventé, façonné et connu à Puerto Rico où il a obtenu son nom. La plupart des artistes actuels connus sont également de Puerto Rico. Après son exposition grand public en 2004, il s'est étendu à l'Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Afrique.


Le Boléro est un genre de musique latine avec un tempo slow, il est également associé à la danse. Il a des formes espagnoles et cubaines qui sont à la fois importantes et qui ont des origines distinctes. Le terme est également utilisé dans l'art musical. Sous toutes ses formes, le boléro a été populaire pendant plus d'un siècle.


Le Sharki. Très élégant et aérien, le style sharqi se reconnaît à son caractère lyrique, basé sur l'expression de la féminité et de la sensualité. C'est une danse chorégraphiée qui utilise toutes les parties du corps. Du baladi, elle conserve le travail complexe du bassin (déhanchés, tremblements), mais le centre des mouvements se déplace davantage vers le haut du corps. Le travail des bras est plus élaboré, les gestes plus amples et le travail du buste s'intensifie. L'espace est largement utilisé avec des déplacements fluides (pas chassés, tours, arabesques) effectués sur demi-pointes.


Les percussions. Ce n’est pas un style à proprement parlé, c’est une des performances les plus impressionnante et spectaculaire de la danse orientale. La diversité et la complexité des rythmes orientaux en font un exercice difficile où la danseuse doit allier puissance et précision du mouvement. Cela nécessite, outre une excellente écoute musicale et une très bonne connaissance des rythmes, une technique irréprochable. Dans un solo de percussions, la musique monte en intensité et passe par diverses variations de rythmes et d'allure. La danseuse doit mémoriser chaque note et restituer par des mouvements fluides ou percutants ces changements de nuance. Elle possède pour cela tout le vocabulaire gestuel du sharqi. L'espace est réduit et, bien que les vibrations du bassin soient prédominantes, tout le corps est utilisé. La difficulté de cette discipline réside dans la rapidité d'exécution et d'enchaînement. Energique mais subtil et élégant, toujours intense, le solo de percussions est la véritable occasion pour une danseuse de démontrer toute sa dextérité.


Des stages originaux vous sont donc proposés : SALSA HIP HOP, SALSATON, KIZOMBA, BOLERO...

En favoris :

Une excellent vidéo de AFRICAN JET (Tarek et Debbie) regroupant quelques uns des styles ci-dessus proposés (Cha-Cha, Salsa Los-Angeles, boléro, rumba, Afro...) :




Une vidéobook sur un des artistes convié : Gregory CAMPILLO pour vous permettre de prendre connaissance de l'étendue de son talent :








Et enfin, la cerise sur le gâteau avec ces 2 vidéos vous permettant de mesurer l'immense talent de cette américaine extraordinaire de passage à la Réunion (quelle chance avons-vous de l'avoir parmi nous !). Susie NGUYEN avec ses différents cavaliers :